Haïti-Société : Regard sur la problématique de la délinquance juvénile en Haïti

Article : Haïti-Société : Regard sur la problématique de la délinquance juvénile en Haïti
7 novembre 2013

Haïti-Société : Regard sur la problématique de la délinquance juvénile en Haïti

176*189 nelsond.mondoblogb.org
176*189 nelsond.mondoblogb.org

La délinquance juvénile est toujours critique pour toute société. Pour la société haitienne, elle est de plus en plus en vogue. Résultant l’insécurité, désordres au sein des institutions et décadence au sein du pays. Néanmoins, tout n’est pas perdu si on pense vraiment à rééduquer et à encadrer ces jeunes. Demain, ils pourront devenir des hommes responsables et utiles à la nation.

La société haitienne fait face à de nombreuses difficultés qui troublent la vie quotidienne de ses habitants. Chaque jour, elle nous présente un scénario de plus en plus chaotique : crise politique, crise économique, affaiblissement des institutions,effritement des valeurs et délinquance juvénile. Tous ces problèmes, nous portent à réfléchir et à nous questionner sur le devenir de cette société. De nos jours, la délinquance juvénile devient plus fréquente, ce fléau qui attire notre attention à tous par tant de scènes inhumaines et néfastes observées à travers les rues de la zone métropolitainede Port au Prince et dans quelques provinces. A cet effet, lumière doit être faite sur ce fléau pour pouvoir le décrire, le comprendre, d’énumérer quelques conséquences et d’en proposer certaines solutions.

Dans les provinces ou dans la zone métropolitaine, surtout au champs-de-mars, à cité soleil et à Delmas nous observons beaucoup de jeunes dans les rues, sur les places publiques et dans des endroits clandestins. Ils se sont massés dans les rues, être prêts à tout pour gagner quotidiennement leur vie. A bien observer, ils forment une petite communauté, ayant certaines organisations et une hiérarchisation bien définie d’un quartier par rapport à l’autre. Certains lavent les voitures, d’autres se trouvent dans des positions stratégiques, c’est-à-dire un milieu très fréquenté pour pouvoir repérer facilement ce qu’ils désirent. Par ailleurs, ce sont des frotteurs de troubles, ils taquinent les passants, commettent des vols et même tuer si c’est nécessaire pour sauver leur peau et dans beaucoup de cas on les utilise dans des missions bien définies. Sous l’influence de l’alcool, de la drogue, du tabac et d’autres psychotropes ils sont de plus en plus violents.

Face à tout cela, la population Haitienne est dans l’insécurité.Hélas ! Elle ne peut plus continuer à vivre dans cette situation de plus en plus croissante. En guise d’amélioration, la Police National d’Haiti dans ses nombreuses tentatives a pu arrêter plusieurs d’entre eux, soit dans les rues, dans des maisons closes et même dans leur demeure. Actuellement, les prisons n’ont pas assez d’espaces pour tant de jeunes pris dans une journée.Malgré tout, ça ne peut pas diminuer leur effectif, tenant compte du nombre à chaque minute qui lâchent leurs études,ceux qui ont faim et qui sont laissés à eux-mêmes, ceux qui se prostituent et bon nombre qui débarquent à Port-au-Prince venant de tous les provinces. Surtout, l’effectif de policiers qui ne couvre pas tout le territoire national.

Pour expliquer ce phénomène, les gens accusent l’affaiblissement des institutions comme : la famille, l’école et l’église. Unanimement, ils ont déclaré que ces institutions font faillite à leur mission. A bien observer, combien de jeunes orphelins, sans abri et sans accompagnateurs ? Combien de jeunes sur les places, dans les rues qui sont à l’écoute d’un professionnel délinquant ou plus expérimenté qu’eux ?
De ce fait, nous constatons chaque jour l’augmentation du nombre de jeunes délinquants. Par conséquent, nous enregistrons des cas de séquestration et l’augmentation du nombre de meurtre de chaque jour. En plus, des gens ont peur de laisser leur demeure pour vaquer à leur activités ; soit l’école, le travail, l’université etc. En outre, des personnes qui sont atteintes psychologiquement, moralement, socialement et qui nourrissent du dégoût pour ce pays.

La délinquance juvénile est un phénomène inquiétant pour l’avenir de ce pays. Si nous ne faisons rien pour la freiner, éventuellement c’est la nation haitienne qui est menacée. Pour pallier à cette situation,l’Etat, les gouvernements et les concitoyens de ce pays doivent prendre leurs responsabilités en main.Il faut les rééduquer. Visant la création de plusieurs centres d’accueils, des écoles et les offre un foyer propice. Il leur faut des appuis psychologiques,moraux,sociaux et médicaux. Nous devons développer en eux la confiance, le respect mutuel, le partage et l’estime de soi. Parmi eux, se trouvent des surdoués,des génies, de grands sportifs, des hommes de science et de bon professionnels. Indéniablement, ces jeunes nous ne pourrons reconstruire ce pays sans eux et ils auront à apporter ses pierres dans la construction de ce monde en tant que d’hommes utiles et responsables. Tant vaut la jeunesse tant vaut la nation.

© Zacharie SAINT VICTOR

Partagez

Commentaires

Osman
Répondre

La délinquance juvénile, en tant que déviance sociale, est actuellement un fléau planétaire. Sauf qu’il y a des points où la plaie est plus béante. En effet, durant ces dernières années, la délinquance juvénile en ses diverses manifestations, a augmenté de façon scandaleuse en Haïti. Le désintérêt des autorités étatiques à éradiquer ce phénomène est inquiétant. Au point aujourd’hui, on peut même se demander, quel regard prospectif pour ce pays, si jusqu'à présent, il n’y a pas aucune politique, visant à encadrer les jeunes, notamment ceux qui sont abandonnés sur les trottoirs.

Zacharie Saint Victor
Répondre

Merci d'avoir commente mon texte.
Oui,ce fleau est present dans ce monde. Particulierement en Haiti,l'eradication de ce phenomene par les autorites etatiques nous preoccupe et nous fait penser sur l'avenir de ce pays.

Fabienne H
Répondre

Merci pour toutes ces infos, voici une bonne lecture. J'ai appris différentes choses en vous lisant, merci à vous. Fabienne Huillet www.neonmag.fr

Charles Dienel
Répondre

En tant que chercheurs et autres,nous sommes tous invités à pencher sur le probleme de ce pays plus précisément sur la délinquence juvénile qui sévit dans le pays qui est le venin de celui-ci,car il n'y a pas de societé sans les jeunes. Maintenant n'est-il pas important à l'Etat haïtien de prendre des mesures pour en remédier la situation? Sinon ça deviendrait pire après une décénie.

severe renand
Répondre

Je suis content de voir un haïtien qui est soucieux au phénomène de délinquance juvénile en Haïti .mais ,je me demande est ce que nous avons vraiment un état suivant la définition donnée a l ETAT ?

Erlande Mathurin
Répondre

Du train ou vont les choses, il devient plus que necessaire que les les dirigeants de ce pays prennent en compte la jeunesse sinon nous allons tous perir dans peu de temps.chaque jour on voit,on entend a la radio des citoyens qui sont tombes sous les balles assassines de ces delinquants et toujours rien n'est fait pour tenter de pallier a cette situation. qui sera le prochain victime?

Estil Loude Mika
Répondre

Votre texte m'a beaucoup touché et me fait repenser un peu plus à la délinquance juvénile ce fléau dévastateur de la société haïtienne, et le petit nombre que j'ai vu se former dans mon environnement est de plus en plus inquiétant... ces jeunes ont besoin d'encadrement,et la première chose à arrêter c'est de les rejeter,afin de ne les pas pousser à se croire inférieure aux autres et inutile à la société et c'est le devoir de tout chaque individu afin de sauver notre société.