Haïti-société : Les Handicapés ont aussi une vie

Article : Haïti-société : Les Handicapés ont aussi une vie
12 décembre 2013

Haïti-société : Les Handicapés ont aussi une vie

266*190
266*190
220*147
220*147

A l’attention des personnes qui ont de mauvaises perceptions sur les personnes handicapées. Pensant qu’elles ne peuvent pas occuper une vraie place dans la société et que leur vie est pitoyable. De ce fait, il faut bannir quelques mythes et certaines croyances de cette société .Neanmoins, elles ont une vie, respectons-les.

En Haïti, vivre n’est pas une chose aisée. Compte tenu de manque d’infrastructure, de la crise économico-politique, d’exclusion sociale et de manque de sécurité. Pour les personnes handicapées, c’est encore pire. A Cause de leur capacité réduite, des préjugés que les gens ont d’eux. De la discrimination, des pensées erronées et du mythe qui existe autour d’eux. De ce fait, la société haitienne ne fait pas bon accueil aux personnes handicapées. Elles sont victimes d’exclusion sociale, de manque d’éducation, de manque d’affection. Ses droits sont violés, elles sont abandonnées par leur famille.
Avant 12 janvier, elles étaient, suivant les statistiques 10% sur 800000 habitants .Apres le séisme leur nombre ont augmenté, suivant les rapports du secrétaire d’état présente par Josué Joseph : 4000 personnes ont été ajoutées. Suite à ce drame, l’Handicap International a dénombre 1500 amputés. Imaginez cette situation chaotique, le nombre de personnes ajoutées aux nombres de ces derniers. Dans une condition catastrophique et infrahumaine : le séisme a ruiné le pays, 230000 morts, 300000 blesses, 1,2 millions sont sans abri. Malgré tout elles ont tenu le coup, elles vivent bon gré mal gré.
Il est temps de prendre le sort des handicapés en considération. Ils sont faits de chair et de sang. Ils ont un avenir, un projet, une vie. Ils ont leur place dans la société. Ils ont aussi le droit à l’éducation, à l’instruction, à la sante et à la vie.

Les droits des personnes handicapées sont aussi les droits fondamentaux du citoyen tels que l’exprime l’article premier de la déclaration des droits de l’homme : « Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. »
Dans la loi d’orientation du 30 juin 1975, l’article premier stipule « La prévention et le dépistage des handicaps, les soins, l’éducation, la formation et l’orientation professionnelles, l’emploi, la garantie d’un minimum de ressources, l’intégration sociale et l’accès au sport et loisir du mineur et de l’adulte handicapes physiques, sensoriels ou mentaux constituent une obligation nationale

Il convient également de mettre en considération certaines de ses qualités en évidence. Vivre comme handicapé c’est le plus bel exemple de la resilience.

Oui, ils ont cette capacité de résister à certains obstacles confrontés pendant tout au long de leur existence. Une capacité de considérer tous les obstacles de la vie comme une source de motivation, une puissance, de l’énergie pour pouvoir avancer dans la vie. Pour réaliser leur rêve, pour mettre en valeur leur talent, leur potentialité. Ils sont doués d’un pouvoir créateur, d’imagination. Face à tout, ils gardent toujours leur sourire, leur compétence et leur valeur.

Ils sont de grands artistes, de grands sportifs, de grands musiciens. Ils aiment la vie et ils ont confiance en eux. Prenez le temps de les écouter, de les observer dans leur entreprise, de les visiter. Après tout vous ne serez pas la même personne. Leur témoignage, leur expérience, leur vécu témoignent du respect et d’honnêteté.

Un témoignage vivant provient d’un d’entr’ eux « J’ai toujours rêve d’être un médecin. Au passage du 12 janvier, j’ai perdu mes deux jambes. Mes parents ont perdu tout espoir. Quand ils me regardent, je voyais de la tristesse, du désespoir et de la mélancolie. Ils n’arrêtent pas de dire que tout est fini ! J’ai pris du temps pour me réconforter. Je me suis dit : je peux perdre mes deux jambes mais pas mes rêves, mes idéologies. Je vais lutter jusqu’au dernier soupir pour vivre pleinement ma vie. Pas une vie misérable ou de Pitié, mais de joie, de bonheur et le pouvoir d’accomplir tous mes vœux. »

Dans son témoignage on requiert: sa détermination, son énergie, ses rêves, ses droits de vivre, son plan, sa vision d’un avenir heureux et sa ténacité. Elles personnifient la force, le courage, le réconfort, la vie, et la détermination.
Respectez leur droit de vivre pleinement leur vie. Elles ont besoin de nous. Supportez les dans toutes les dimensions de cette vie. Finissez avec les pensées erronées, les préjugés, les mauvaises conceptions que vous avez d’eux. Elles ont aussi une vie comme nous.

Partagez

Commentaires

billy
Répondre

Beau texte et bonne reflexion mon frere!