Haïti, sur qui devons-nous compter ?

7 janvier 2014

Haïti, sur qui devons-nous compter ?

"290*174<br

"261*193<br

Après plus de deux siècles, le pays est toujours sous-développé. Malgré l’intervention des puissances étrangères, toujours pas de résultats, plutôt une politique pour dominer les maillons faibles. A cet effet, nous ne pouvons compter que sur nous mêmes pour délivrer ce pays de son état chaotique et frustrant. En outre, pour libérer ce peuple et ses dirigeants de l’esclavage moderne. L’union fait la force, telle est notre devise. Unissons-nous…

1er janvier 1804. Haïti est le premier peuple noir indépendant. Une indépendance au prix du sang, du courage et de la soif de liberté. Nos ancêtres ont unis leurs pensées, leurs âmes, leurs stratégies pour se libérer du joug de l’esclavage. Ils ont combattu non seulement contre les troupes françaises, également contre les grandes puissances impérialistes. L’union fait la force, telle est notre devise.

Depuis 1804 jusqu’en 2014, ça fait 210 ans d’indépendance. Malheureusement, la situation actuelle de ce pays est chaotique, critique et catastrophique. Pendant tout ce temps le panorama sur ce pays suscite bien des réflexions et anime notre conscience. De ce fait, qui nous en délivrera ? Sur qui devons-nous compter pour changer l’image de ce pays pendant plus de deux siècles ?

Peut-être sur nos dirigeants ou sur nos peuples. Arrêtons un peu. Tous ne sont-ils pas coupables ? Juste après notre indépendance, nous avons assassiné notre propre libérateur. Le pays est divisé. Tout royaume divisé serait ruiné. Il est vrai que nous avons combattu contre l’esclavage et sommes même venu au salut des autres pays de l ‘Amérique latine. Cela n’empêche que nous sommes toujours sur le joug de l’esclavage moderne. Oui nous sommes soumis à l’esclavage : culturel, politique, économique, diplomatique, éducationnel et psychologique.

Tenant compte de nos dirigeants qui vendent le pays pour des intérêts mesquins. Une politique : ôtes-toi pour que je m’y mette. Tous ne pensent qu’à remplir leur poche jusqu’au déversement. Ils n’ont pas d’amour pour ce pays. Chacun pour ses propres intérêts. Ils sont cupides, ambitieux pour le pouvoir. Pas de sens du patriotisme, pas de conscience politique.
Un peuple qui est étranger dans son propre pays. Ce peuple vit dans l’évasion. Être à la merci des autres pays étrangers. Ils sont manipulés. Ils n’ont pas confiance en eux. En outre, les élites politiques et économiques détiennent toutes les richesses de ce pays. Par conséquent, crise politique, instabilité politique, frustration, dégoût, répugnance, chômage, tout ça, et bien d’autres deviennent notre réalité au quotidien.

Devons-nous compter sur les ONG (Organisation Non Gouvernementales) ? Oui, avec leur mission bien définie. Leur mission sur le plan sanitaire, éducatif et social vise entre autres le changement et le développement. Si seulement c’était vrai, nous serions sauvés. Au revoir la faim, la misère, la pauvreté, le manque d’infrastructure. Mais, quel beau discours si édifiant, acclamons-les ! Hélas ! Elles ont failli avec leur mission déguisée et trompeuse. Suivant les faits et les constatations, elles sont nombreuses, massées sur ce sol hospitalier pendant plusieurs années. Toujours pas de résultat jusqu’à cette présente minute. Elles s’emparent elles-mêmes de leurs investissements et font profit sur ce sol.

Bingo ! On a enfin trouvé sur qui compter : les communautés internationales. Elles sont nos amies. Elles investissent dans le pays. Elles sont très empathiques. De grands colloques sont réalisés pour éradiquer la faim, la pauvreté et la misère mais aussi pour maintenir la paix dans le monde. Pourquoi font-elles tout ça ? Être nos amis pour mieux nous étrangler ? Ne sont-elles pas masquées ? Tout de même, Haïti se trouve émergée dans l’océan de tous les continents. Au plus profond de l’océan, une loi s’impose pour maintenir la survie. Le gros poisson mange les petits poissons. Pas de quartier ! Pas de pitié ! Les prédateurs sont toujours à la recherche de leurs proies. Hélas, nous n’y échapperons pas encore face à ces puissants prédateurs.

Après maintes analyses, pour délivrer ce pays de ce mal, du joug de l’esclavage, de ces instances internationales, nous pouvons compter que sur nous-mêmes. Nous devons cultiver l’amour patriotique. Visons à rehausser l’éclat de notre devise : l’Union fait la force. En unissant nos pensées, nos âmes et nos forces pour renverser le joug de la servitude. Enfin, nous serons libres. Désormais nous ne serons plus soumis à l’esclavage moderne. Égalité, liberté et fraternité. Nos ancêtres l’ont fait, nous également nous pourrons faire davantage qu’eux. Mais pas dans la division ni être à la merci ou à la dépendance des puissances étrangères. Construisons ensemble nos pensées. Changeons nos perceptions et nos conceptions. Chers haïtiens, chers dirigeants, chers dominateurs, donnons une chance à ce pays. Pour que l’union soit faite et que notre royaume se fonde sur le roc et plus rien ne l’ébranlera. Vive Haïti !

Partagez

Commentaires